COLLOQUE SUR LE METIER DE GARDE A DOMICILE

Le 14 octobre dernier s’est tenu un colloque sur le métier de Garde à Domicile à Charleroi, à l’initiative de l’AsSaf, Association des Services d’Aide aux Familles et aux aînés. Le colloque, coordonné par les 4 fédérations du secteur (ASD, Fedom, FCSD UVCW), rassemblait l’ensemble du secteur pour participer à une journée de réflexion entre les services de l’aide à domicile et les écoles sur le rôle indispensable du garde à domicile, l’avenir de ce métier et sa nécessaire reconnaissance.

Bien  qu’intégré au service de l’Aide à Domicile en Wallonie, le métier de Garde à Domicile manque d’un statut clair et de cadre légal, régissant aussi bien les fonctions des travailleurs que le cadre de prestation chez les bénéficiaires.

Quelle forme de reconnaissance donner au métier de Garde à Domicile?

D’une région à l’autre, la problématique a été discutée, développée, étayée et débattue avec aussi bien entre les membres du secteur qu’avec les politiques qui ont fait le déplacement ce jour-là.

Véritable innovation sociale, la profession constitue avant tout un Droit pour la personne dépendante à rester dans son cadre de vie habituel. Un Droit et une demande de plus en plus croissante, aussi bien en Wallonie qu’en Région bruxelloise, où tous les acteurs du secteur (Aides familiales, Garde à Domicile) croulent sous les demandes sans pouvoir y répondre, faute de cadre législatif, de formation suffisante et adaptée au terrain.

Plusieurs pistes d’amélioration du service ont été avancées par les élus présents, sans pour autant prendre des engagements stricts et précis. Pour autant, les débats ont su démontrer une chose: la capacité du secteur à se réunir et à dégager des pistes de travail communes, qu’il convient maintenant de développer et d’amener sur les bureaux des ministères compétents, pour travailler de pair avec les gouvernements régionaux.

La Garde à Domicile: quelques propositions pour un avenir serein

  • Faciliter l’accès au métier et favoriser une culture professionnelle commune et une possibilité de mobilité entre les métiers du service aux personnes à domicile:

Formation initiale accessible à des personnes n’ayant pas le CESS

Formation modulaire permettant d’accéder au métier , par exemple à partir du métier d’aide ménagère

Formation modulaire permettant de se requalifier vers le métier d’aide familiale

Formation modulaire permettant de se spécialiser/réorienter à partir du métier d’aide familiale

  •  Reconnaître et financer l’activité de garde à domicile: 

 Augmenter l’offre de gardes à domicile

Financer les charges liées à l’activité (encadrement, formation continuée, heures inconfortables, …)

Fixer, en concertation avec les fédérations, un barème de contribution du bénéficiaire propre au métier de garde à domicile via le financement structurel de l’activité et en veillant à l’accessibilité du service, particulièrement en fonction de l’intensité de l’aide apportée

  • Adapter la réglementation actuelle

Ajuster la réglementation pour la rendre plus pertinente, plus juste et plus proche de la réalité de l’activité

Veiller à la juste complémentarité entre le métier de garde à domicile et le métier d’aide familial

  • Contrôler l’activité pour contrer toute concurrence déloyale, dangereuse et non qualitative qui se développe via le travail au noir ou par l’intermédiaire d’entreprises (e.a. titres-services) qui ne se conforment pas aux prescrits légaux et/ou s’inscrivent dans une fraude à la sécurité sociale
  • Créer une assurance dépendance pour permettre à tous les citoyens d’avoir accès à une prise en charge correcte et assurer ainsi le maintien à domicile

Mots-clés

Actualités récentes


Témoignages


Tarifs / Horaires